mercredi 28 juillet 2021 | 73 Connectés | La citation du jour : " Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu’endormis." E.A.Poe

Le phénomène de la mode est tel qu’un individu lambda se retrouve avec 30 % de sa garde-robe qu’il ne porte jamais. Pire, il jette par an près de 12 kg de vêtements qui ne seront pas recyclés. Ce constat regrettable a donc amené de nombreuses personnes à prendre conscience du danger écologique de la consommation frénétique de vêtements. La tendance en matière d’habillement n’est désormais plus d’acheter le dernier vêtement en vogue, mais plutôt de privilégier l’essentiel et la simplicité. Cette nouvelle façon de consommer est connue sous le nom de mode éthique. Dans cet article, je vous fais découvrir cette tendance, notamment au travers de notre sport de prédilection : le surf.

Le surf, un domaine où le concept de mode éthique est difficile à mettre en œuvre

Dans l’industrie de l’habillement, les marques de mode éthique ne manquent pas aujourd’hui. Le choix des marques est plutôt large en matière de vêtements écoresponsables. Cependant, dans le domaine du sport, les choses sont un peu plus compliquées. Le surf n’échappe pas à cette logique. Les raisons qui expliquent la faible ampleur de la mode éthique dans le sport sont nombreuses. La première est intrinsèque aux caractéristiques recherchées sur un vêtement de sport.

En effet, on exige des vêtements de sport qu’ils soient à la fois élastiques et solides. Ils doivent également être anti-sueur et être capables de sécher très vite. Des conditions qui ne sont pas faciles à obtenir avec des matières naturelles, contrairement aux matières synthétiques qui sont plus adaptées.

La deuxième raison qui explique ce retard dans le domaine du surf est liée aux types de matières auxquels les marques ont recours. Les matières naturelles qu’il est possible d’utiliser pour ce type de vêtement sont principalement le caoutchouc, le coton et le bambou. Or, ces plantes ne sont pas des spécialités européennes. Pour obtenir ces matières premières, il faudra recourir à l’importation. Or cela n’est pas très rentable, surtout pour les industries locales.

La troisième raison est le phénomène de greenwashing qui est très présent dans le secteur.

De nombreuses marques surfent sur la montée de l’écologie pour vendre des produits qui ne sont pas vraiment écoresponsables. Il faut ainsi éviter de tomber dans le piège de ces enseignes qui recherchent la rentabilité à tout prix, au détriment des personnes prêtes à faire de réels efforts pour la sauvegarde de la planète. Il existe cependant des marques qui mettent la main à la pâte pour offrir des vêtements conformes à la mode éthique, ainsi si je devais vous donner un conseil, choisissez des vêtements de marque Patagonia pour faire du surf : celle-ci est une référence dans le domaine.

vêtement surf éthique

Présentation de la marque de vêtements Patagonia : l’éthique au rendez-vous

Patagonia est une marque américaine spécialisée dans la fabrication de vêtements techniques basée sur un procédé de conception écologique. Ayant son siège en Californie, l’enseigne fabrique des vêtements de sports de montagne et de surf à partir de coton biologique et de chlorofibres.

L’entreprise fut fondée en 1972 par Yvon Chouinard. Elle est résolument engagée en faveur de l’éthique dans l’industrie de la mode. Elle reverse chaque année 1 % de son chiffre d’affaires à des ONG qui travaillent pour la préservation de la nature. En plus de recourir massivement à des matières naturelles, Patagonia fait aussi du recyclage pour les différents produits qu’elle fabrique et distribue à ses clients.

La marque dispose de cinq points de vente principaux auxquels viennent s’ajouter quelques franchises qui distribuent également ses produits. Parmi les vêtements de surf commercialisés par la marque, on retrouve des combinaisons pour hommes et pour femmes, ainsi que des cagoules, des shorts, des chaussons ou encore des gants.

Chacun d’eux est fabriqué à 85 % à partir d’un caoutchouc naturel connu sous le nom de Yulex, et à 15 % de caoutchouc synthétique polymère. La doublure des vêtements de surf est réalisée avec un jersey extrêmement extensible et 100 % polyester. Celui-ci est souvent recyclé au niveau des bras et des jambes. Il faut dire que la doublure a une épaisseur de 2,5 mm. Cela permet aux vêtements d’être assez souples et performants du point de vue thermique.

En ce qui concerne les bustes et cuisses de vêtements de surf proposés par Patagonia, ils sont réalisés à partir de micro-gaufrée inversée. Cette dernière se compose à 95 % de polyester et à 5 % d’élasthanne. Le polyester utilisé est recyclé à près de 51 %.

De manière générale, tous les vêtements de Patagonia sont connus pour être ultra-performants. Ils sont conçus à partir d’un substitut naturel au néoprène. Ce dernier est un matériau provenant du pétrole qui s’utilise massivement dans la fabrication des combinaisons de surf. Chez Patagonia, le néoprène est complètement banni afin de réduire à 80 % l’impact carbone de la fabrication des différents vêtements.

Le caoutchouc renouvelable utilisé est prélevé dans des forêts disposant de la certification Rainforest Alliance. Cette certification est employée pour désigner les futaies où les arbres sont bien gérés et leur croissance contrôlée. Chaque combinaison produite par Patagonia est teintée suivant une technique spécifique qui permet de faire des économies d’eau pouvant atteindre 100 litres sur chaque vêtement produit.

Pour finir, les différents vêtements de la marque sont tous certifiés Fairtrade, reconnu pour garantir la protection des travailleurs et la préservation des ressources naturelles.

Les certifications et labels éthiques dans la mode

La mode éthique est régie par un certain nombre de certifications et labels. Ils ont pour but de permettre aux consommateurs d’identifier plus facilement les marques vraiment engagées dans l’écoresponsabilité.

Afin de ne pas tomber dans le piège des spécialistes du greenwashing, nous avons fait une sélection des certifications et labels les plus sérieux.

La certification GOTS (Global Organic Textile Standard)

Il s’agit de la plus exigeante pour les marques. Elle oblige ces dernières à attester de l’origine biologique du textile utilisé dans la confection de leurs produits. Les garanties offertes par ce label concernent un nombre important de paramètres : de la culture des fibres naturelles au respect de certains critères sociaux, en passant par les procédés de transformation et la non-toxicité humaine.

Le label Oeko-Tex standard 100

Le rôle de ce label est de s’assurer de la non-toxicité des vêtements produits. Pour y parvenir, le label réalise des tests sur le produit fini ainsi que sur plusieurs des éléments entrant dans la production. Il peut s’agir de la teinture, du fil à coudre ou encore des boutons.

L’EU Ecolabel

Comme l’indique explicitement son nom, il s’agit d’un label appartenant à l’Union européenne. Il concerne les vêtements et les textiles produits dans la zone euro et est géré par la Commission européenne. Il s’intéresse à l’impact environnemental d’une production vestimentaire tout au long de sa vie : de la fabrication à son recyclage en passant par sa distribution.

La Fair Wear

Elle est gérée par la Fair Wear Foundation et travaille de concert avec les marques afin d’assurer à leurs employés des conditions décentes de travail. Elle s’appuie sur des audits, des entretiens avec les travailleurs, en se basant sur les conditions de travail telles qu’elles sont définies par l’OIT (organisation internationale du travail).

Le Fairtrade

Il s’agit d’un label qui n’est pas spécifique à l’industrie du textile. On le retrouve également dans d’autres secteurs comme l’agroalimentaire. Il est constitué de 21 pays membres et œuvre pour permettre aux producteurs des pays en voie de développement de profiter également des bénéfices générés par le commerce du textile.

Le label bioRe

Ce dernier label concentre ses activités sur la production biologique. Il demande aux exploitants de diversifier leurs cultures, de s’assurer que leurs teintures soient réalisées sans produits chimiques et que les eaux usées soient traitées avant d’être rejetées dans la nature. Le label garantit également une agriculture biologique et une finition sans formaldéhyde.

surfer sur la vague

Pourquoi opter pour les vêtements de surf éthique ?

En choisissant des vêtements de surf éthique, on s’engage résolument pour une planète plus saine et moins polluée, par ailleurs :

  • on participe activement à la réduction de l’empreinte écologique
  • on s’assure une bonne santé et on préserve celle des travailleurs
  • on encourage l’industrie à être plus respectueuse des animaux
  • on économise à terme du temps et de l’argent

Les vêtements écoresponsables sont fabriqués à partir de matières naturelles, écologiques, biodégradables ou recyclées. Cela permet de réduire considérablement la pollution des eaux et des sols tout en limitant le gaspillage.

Les vêtements écoresponsables ne luttent pas que contre la pollution. Ils préservent également la santé de l’homme et celle des animaux. Leur fabrication interdit l’usage de toute substance toxique ainsi que les produits dont la manipulation est dangereuse. Un vêtement écoresponsable n’entraine pas d’allergies, de troubles hormonaux ou de cancers sur le long terme.

En ce qui concerne la protection des animaux, il faut souligner qu’il existe des labels spécifiques qui assurent qu’aucun animal n’a été abattu pour la fabrication des vêtements. Ils interdisent également les vêtements fabriqués à partir de peau ou de fourrure d’animaux.

S’agissant des économies de temps et d’argent, la mode éthique promeut la qualité du vêtement aux dépens de la quantité. Tout est mis en œuvre pour que le consommateur n’achète que des produits sains, de qualité et qui résistent dans le temps.

À lire : Qualité des eaux de baignade : après la diffusion du rapport annuel européen, Surfrider remet son manifeste à la commission européenne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.