(The real story about the beach of love)

Il suffit parfois d’un dimanche pluvieux, certes rares en Côte basque, pour que, alors, que tu es en train de chiller mollement sur ton sofa, cette question fondamentale s’agrippe à ton esprit tourmenté :
“Mais que s’est-il réellement passé à la Chambre d’Amour d’Anglet le 12 avril 1694 sur le coup de 16h ?”

0e88af2996Les protagonistes de l’affaire se prénomment Saubade et Laorens, prénoms beaucoup plus usités, et donc moins ridicules, à l’époque.
La jeune Saubade, dont les anglophones affirmaient qu’elle était “not so bad” vivait à Anglet et était la fille d’un riche pasteur moralement assez austère à coté duquel Christine Boutin aurait pu fait figure de grande dépravée.
Laorens, lui, était un fier gaillard d’Ustaritz toujours chaussé d’espadrilles, de son béret, de son tee-shirt 64 et venait régulièrement pécher (et pas pécho) sur les plages angloyes dont les eaux regorgeaient, déjà à l’époque, de morues, de thons et même de bonnasses bonnites..
Le drame, c’est que la famille de Saubade était relativement pétée de tunes et son papa-pasteur était le président des socios du Biarritz Olympique alors que Laorens était orphelin, pauvre et supportait l’Aviron Bayonnais.

Pour la différence de fortune, on aurait pu encore s’arranger…

Donc les Romeo et Juliette de la Côte basque en étaient réduit à se voir en cachette, Laorens passant ses nuits à jouer du Txitsu sous les fenêtres de Saubade alors que le pasteur dormait profondément en rêvant d’une hypothétique remontée en Top14.

Un beau jour, (ou peut-être une nuit) nos tourtereaux lassés de ces rendez-vous nocturnes romantiques mais, néanmoins, fort platoniques, choisirent de se retrouver sur la plage face à l’océan.
A cette occasion, Laorens  avait dessiné, sur le sable, le doux visage de Saubade qui lui souriait. Le chanteur Christophe qui passait par là, invité par le bailli d’Anglet pour un concert gratuit dans le but d’offrir moults réjouissances à la population locale, nota l’idée pour une future chanson.

Le soucis, c’est que pour se dissimuler, les immenses plages d’Anglet ce n’est pas forcément l’endroit idéal. Rappelons qu’à l’époque, le VVF et le “Love” n’étant pas encore construits, les “nids d’amour” se faisaient assez rares dans le secteur.

Rappelons aussi – l’incidence du fait n’étant pas négligeable pour le reste de notre histoire – que la commune n’avait pas encore investi dans une superbe dragueuse destinée à renflouer en sable blanc les plages angloyes et que ces dernières étaient intégralement recouvertes à marées hautes. Surtout celle situé au pied des falaises, au lieu dit “La chambre”. (on ne l’appelait bien évidemment pas encore “La Chambre d’Amour” à l’époque).

Et, évidemment, c’est cette plage, ou plutôt une anfractuosité dans la roche que les autochtones avaient baptisé avec une originalité déconcertante “la grotte” que choisirent Saubade et Laorens pour abriter leur passion dévorante.

Hélas, ces deux écervelés avait commis deux erreurs dramatiques :

  1. Ils n’avaient pas checké les horaires de marée annonçant une marée haute avec coef de 115 pile-poil deux heures après leur arrivée sur la plage. (horaires de marée qui sont pourtant fournis gratuitement à l’office de tourisme depuis 1345)
  2. Ils n’avaient pas regardé Evelyne Dhéliat qui, la veille au soir, annonçait une houle très nettement supérieure à la normale et pariait même sur un hypothétique Belharra.

La légende raconte que les deux amants s’assoupirent et n’entendirent pas la marée monter, les vagues lécher (aussi)  les falaises et se retrouvèrent prisonniers de la grotte. Quand l’eau atteignit enfin leur repaire et qu’une vague les en eut chassé, ils restèrent longtemps, enlacés, emportés par les flots en furie entendant à peine les pales de l’hélicoptère de secours, mais qui, hélas, arriva trop tard,  envoyé par un touriste salace qui observaient leurs émois à la jumelle depuis le phare de la ville voisine dont j’ai oublié le nom.

Nous avons d’ailleurs recueilli pour BFMTV, le témoignage de ce dernier :

“Tout est submergé, partout la mer la mer terrible s’ouvre en abîmes ou s’élève en montagnes; les flots le poursuivent et le rejettent avec fureur dans l’enceinte du rocher qu’ils remplissent à la hauteur de pointe où la jeune amante les brave encore; elle présente la main à Laorens pour remonter près de lui, le serre contre son cœur et l’embrasant de tout son courage :  Vois-tu, lui dit elle, cette vague qui s’avance en mugissant c’est la mort… Elle dit : leurs bras s’enlacent, leurs bouches s’unissent et la mer a dévoré sa double proie.”

Alerté par ce drame, le bailli de l’époque décida d’acquérir une dragueuse de sable, un fanion triangulaire de couleur rouge, autorisa la construction d’un gros bâtiment pas très beau pour protéger la falaise des vagues et donna le nom de Chambre d’amour au quartier entier.

Le dit quartier devint un lieu de pèlerinage pour les amoureux du monde entier et à cette occasion, un nombre sans cesse croissant de débits de boissons aux noms parfois évocateurs (La Choppe, la Bitch House, le Love, le Rayon vert) y virent le jour.

La morale de cette triste, mais néanmoins émouvante histoire, c’est que les histoires d’amour finissent mal, en général, surtout  quand la houle est forte et les coefs de marées importants.

16 Réponses

  1. Vacher Christian

    Je suis né à la chambre d’amour et j’adore cette version de la légende de la chambre d’amour. Bravo à vous

    Répondre
    • Servy

      J’adore cette verve savoureuse qui m’a fait sourire. Presque du Pagnol sauce basque
      Bonjour Philippe depuis ma retraite floridienne. de bons souvenirs du temps de mon Biarritz demain!!!

      ..

      Répondre
    • Fsnt

      Votre article est très bien écrit. Cependant je ne peux m’enpecher de vous faire une petite remarque … veuillez m’en excuser. La nomination de “protagoniste” ne s’applique qu’à une seule personne. On ne compte qu’un protagoniste par récit. Merci encore pour cette explication remarquable sur l’histoire de la Chambre d’amour.

      Répondre
  2. Diharce

    bonsoir,merci pour nous renouveler la mémoire de la légende de <chambre d'<Amour……très mignon…..on aime bien, cette promenade ….vive la cote basque….

    Répondre
  3. Rico SoSLa

    Cette histoire avait besoin d’être dépoussiérer pour conquérir les nouveaux codes romantiques du 21 ème siècle! Pour moi, avec cette version, c’est parfait. Juste un truc, le lieu dit de Chambre d’Amour à Anglet existait déjà en 1609. Saubade et Laorens étaient déjà des Has been!

    Répondre
  4. Rotella

    Cet article est trop bien écrit! On a bien rit avec mon chéri en regardant le couche de soleil sur la plage de St jean… Merci pour ce bon moment! Et en plus on se cultive!!! Laurie Com’ci Kom’ca

    Répondre
  5. COLETTE TOURNEUR

    Super, merci pour cette truculente version de la chambre d’Amour.

    Répondre
  6. AGUIRRE

    J’ai vraiment passé un excellent/délicieux/curieux moment de lecture. C’est très réussi ! Bravo ! Sincèrement…

    Répondre
  7. Charles-Henry

    N’importe quoi cet article! 🙂

    De même pour la citation du jour ” La chose importante à garder en tête est qu’il ne faut jamais attendre une minute pour commencer à changer le monde ”

    – Il est nécessaire de commencer par le commencement:
    ” La chose importante à garder en tête est qu’il ne faut jamais attendre une minute pour commencer à se changer soi-même “, avant de vouloir changer le monde

    Répondre
  8. Fred

    petite faute à la fin : “Alerté par Ce drame” et pas “se”
    sinon Génial, me suis bien marré :-))

    Répondre
  9. Marie

    Je n’aime vraiment pas cette façon d’écrire. Trop “Vice” France. Pas drôle et grossier.
    Dommage.

    Répondre
  10. Diharce

    bonjour!!!! c est permis…qqs fautes de français…..tout le monde n a pas le < bac +5…….je trouve le site un peu calme en ce moment….
    on pourrait peut etre évoquer la fete du piment à Espelette ……29 et 30 octobre……milesker……

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.