mardi 27 septembre 2022 | 64 Connectés | La citation du jour : "Ils pourront couper toutes les fleurs, ils n'arrêteront pas le printemps" Pablo Neruda

A l’occasion des Championnats du monde de Pelote basque qui se tiendront en Iparalde en octobre 2022, en collaboration avec le club de Cesta punta de Biarritz (BAC) et avec le soutien de l’Office public de la langue basque, la photographe d’origine russe Polina Jourdain Kobycheva fait paraitre cet ouvrage dans lequel elle poursuit sa réflexion photographique autour de la pelote basque.

Sur la même concha, bien souvent le mur à gauche du Biarritz Athlétic Club, elle fait évoluer danseurs classiques ou danseurs basques en même temps que des joueurs de Cesta Punta.
Il s’agit de célébrer l’élégance du geste, la grâce des mouvements, et la précision des placements qui unissent ces deux pratiques qui se situent aux confins de l’art et de l’activité physique.
L’écrivaine de langue basque Itxaro Borda célèbre avec ses mots justes l’émotion de cette rencontre singulière et tonifiante.

Parcours photographique de Polina Jourdain-Kobycheva

Polina Jourdain-Kobycheva est venue à la photographie après quinze années de pratique de la sociologie, son métier d’origine. Son implication dans la société, tant sur le plan de la recherche que sur le plan de l’analyse des individus, lui a permis d’aiguiser son regard sur les hommes et sur leurs œuvres.
Ses premiers travaux furent des photos architecturales traquant le détail, scrutant la matière dont elle a tiré un nouvel ordre organisé par sa vision d’artiste.
Puis son intérêt pour la danse a abouti sur un grand projet avec les danseurs du « Malandain Ballet Biarritz », couronné en 2016 par une exposition à la Crypte Sainte-Eugénie de Biarritz, illustrant « Le Temps d’Aimer ». Le corps y est traité en plans rapprochés pour réaliser l’improbable synthèse de l’esthétisme anatomique et l’onirisme des courbes.
La publication de deux livres d’Art, l’un sur la danse « Danse l’Absolu Délicat », l’autre sur le nu « Peinture de Lumière sur Fond Noir », annoncent et confirment un nouveau style toujours dominé par une sensibilité singulière sur la beauté.
Depuis 2018, un autre projet personnel sur la danse « En Corps », consacré aux anciens danseurs a vu le jour et continue de s’enrichir encore. A travers la représentation du corps, Polina Jourdain-Kobycheva invente un nouvel esthétisme, un nouveau langage s’appropriant l’évolution du « corps-histoire ».
Polina Jourdain-Kobycheva propose une poétique du corps et ses mouvements pour faire de sa représentation non seulement un objet, mais un outil de pensée sur le monde.
Actuellement son travail se poursuit autour de la Pelote basque et la danse. Cette discipline sportive, ancrée dans la tradition basque, se décline dans son travail artistique sous le prisme du corps en mouvement, mais aussi celui de la matière, plaçant son sujet dans un contexte culturel et ses transmissions locales.

En 2021 avec les Editions Arteaz, elle sort un nouvel ouvrage, « Pilota Arimak », sur l’art traditionnel de la pelote basque. Il raconte les fruits d’une histoire entre un homme, la matière et la culture locale.

Actuellement avec le soutien de l’ALCA Nouvelle Aquitaine, elle prépare un autre ouvrage
«Dantza, Pilotari!», lien entre la Cesta Punta et la danse, dont la parution est prévue pour octobre 2022.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.