LBMinvielleClassicNoseride

Les Echos n° 21425 du 25 Avril 2013 • page 7
La PME basque remplace les produits synthétiques fournis pour fabriquer ses planches par des agromatériaux.
Si le surf est une activité respectueuse de l’environnement, la fabrication des planches avec du polyuréthane l’est beaucoup moins. Pierre Pomiers et son équipe de cinq personnes ont inversé la tendance. Née en 2009 à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), leur entreprise Notox fabrique des planches plus « vertes ». Grâce à un partenariat avec une équipe du CNRS de Grenoble (Isère), la jeune PME a pu remplacer le dérivé du pétrole par une structure en nid d’abeilles en carton rendu hydrophobe. Elle a également substitué la fibre de lin à la fibre de verre.
Aujourd’hui, les planches « écolo » de Notox ont trouvé leurs émules. Elles sont présentes dans des « surf shops » entre Bordeaux et Brest. Et, depuis 2012, le Japon et la Grande-Bretagne ont ouvert leurs portes à travers des contacts pris avec des distributeurs. La côte est des Etats-Unis est la prochaine cible. Vendant essentiellement aux particuliers à travers son showroom et son site Internet, la société a quasi triplé sa production de 150 planches en 2010. Elle vise un chiffre d’affaires de 400.000 euros cette année et, si tout va bien, recrutera de une à trois personnes.
Mais Pierre Pomiers et ses acolytes ne veulent pas en rester là. Animés par une éthique, qui se concrétise par un processus de fabrication plus propre et par la volonté d’offrir des conditions de travail optimales en réduisant, voire éliminant, les solvants, ils ont persévéré dans la recherche de pistes d’amélioration. Ils sont ainsi impliqués dans un programme de trois ans avec une start-up de Grenoble (BT3) spécialisée dans la chimie verte et deux groupes industriels (Rhodia et Porcher) avec l’objectif de mettre au point des composites 100 % cellulose. En parallèle, elle travaille sur des composites à base de lin avec différentes combinaisons : par exemple, lin-liège, cellulose-liège.
Ces développements permettront de fabriquer des planches adaptées à différentes cibles. « Avec toujours les mêmes exigences en termes d’impact environnemental, nous proposerons des planches différentes selon le public : les 100 % lin sont plutôt orientées expert. Celles en lin-liège, plus solides, s’adressent aux surfers intermédiaires ou bien sont destinées à servir pour du “kite surf” ou du “stand up” », précise Pierre Pomiers.

>> https://www.facebook.com/notoxsurf

>> http://www.notox.fr/

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.