Non au parking souterrain de la côte des basques: Point Presse du 04/09

 

Premier point presse des opposants au futur parking de la Côte des basques. La cavalerie arrive, comme souvent, à la fin..

 

5 Réponses

  1. Avatar
    ville de biarritz

    Réponses aux questions posées sur le web :

    1. Il y a déjà plusieurs parkings souterrains au centre de Biarritz (Casino, Eugénie, Clemenceau, Gare du Midi) pourquoi construire un nouveau parking aux Halles ?
    Ce quartier en pleine évolution est devenu un des lieux les plus animés de la Ville, qui attire tout au long de l’année, une clientèle locale et touristique. Il souffre de problèmes récurrents d’accès et de stationnement car la circulation des véhicules s’oppose à celle des piétons. Dans le contexte actuel, il devient de plus en plus difficile de réguler la circulation, de répondre aux besoins de stationnement des riverains et des automobilistes extérieurs au quartier, d’étendre les terrasses sur le domaine public, tout en garantissant la sécurité des piétons. L’objectif est donc de restreindre la circulation et d’interdire le stationnement autour des Halles. Dans cette perspective, il est prévu de réaliser des travaux d’aménagement urbains et paysagers pour créer une zone semi-piétonne.

    2. Pourquoi construire un parking souterrain avenue Beaurivage, alors, qu’en dehors de l’été, le parking à ciel ouvert actuel semble vide ?
    Ce parking permettrait de répondre à divers besoins. Un parking souterrain s’adresse au stationnement de moyenne durée (commerces, promenades). Le stationnement de surface devrait être utilisé pour des arrêts de courte durée, alors que le principe des parcs-relais combiné avec le transport en commun est utilisé pour le stationnement de longue-durée (journalier ou semaine des vacanciers). Ce principe est essentiel pour la fluidité de circulation de tout quartier de forte activité. Or pendant la période de fréquentation touristique, les principaux axes qui convergent vers la place Clemenceau saturent et c’est le cas de l’avenue Beaurivage. Selon les comptages, les flux de circulation peuvent dépassent parfois les 1 500 véhicules par heure, provoquant lors de grands week-ends ou vacances scolaires de longues files d’attente. Une signalétique directionnelle vers le parking souterrain relayé par un dispositif de navettes gratuites, de vélos en accès libre ou d’une liaison mécanique vers la plage (ascenseur, funiculaire ou autre) encouragerait le visiteur à utiliser le parking. D’autant plus que ce quartier attire plusieurs types de public : résidents, clientèles des 100 marches, groupes scolaires, vacanciers, familles et surfeurs pour la plage, etc. Aujourd’hui, le parking actuel comme le stationnement des rues adjacentes saturent selon les horaires (le soir), la saison, des événements qui s’y déroulent, de la marée comme de la météo (plage), etc.

    3. Pourquoi ne pas diriger les véhicules sur des parkings de périphérie existants, en particulier au sud, pour désengorger cette entrée de ville (Cité de l’océan, Ilbarritz, la Milady, etc.) ?
    Les parcs souterrains de la Gare du Midi, de la Médiathèque et de Foch répondent aux besoins de stationnement des automobilistes arrivant par l’avenue Kennedy et du BAB. Les parkings du centre-ville qui permettent l’accès aux commerces (Casino, Bellevue, Grande Plage, Ste-Eugénie) affichent souvent complets. Par contre les automobilistes, arrivant du sud par l’avenue Beaurivage, n’ont pas d’autres possibilités que de s’engager vers le centre-ville via l’avenue de Londres. Le projet de parking à Beaurivage se révèle le plus pertinent, puisqu’en périphérie proche du centre. D’autant plus que de nombreuses études prouvent qu’une distance trop importante entre un parking d’entrée de ville et la destination décourage l’automobiliste. Concernant les parcs de stationnement qui desservent les plages du sud (Milady, Ilbarritz), ils sont complets en période estivale et sont trop éloignés pour envisager que les visiteurs du centre-ville ne l’utilisent.

    4. La falaise est d’une composition géologique instables. Construire un parking souterrain a cet endroit ne risque-t-il pas de provoquer des éboulements et glissements de terrains ? Absolument pas ! La falaise est consolidée depuis la Villa Belza jusqu’à la rue des falaises Beaurivage (niveau de la rue de Madrid), suite à d’importants travaux de confortement et aucun glissement n’a jamais eu lieu. Concernant le projet de parking, des sondages ont été réalisés par un bureau d’études spécialisé, qui au travers de son étude de sols a conclu à une faisabilité technique des ouvrages. Le principe serait de réaliser un parking peu profond, bien au-dessus de la marne puisque dans la partie haute, et en retrait de la route et de la falaise. Pour obtenir un nombre suffisant de places, il sera étendu depuis l’entrée Nord actuelle jusqu’à la rue Notre Dame, au bout du square. Cette partie de falaise a fait l’objet de travaux lourds de confortement qui ne seront pas perturbés car la marne ne sera pas touchée par les terrassements, les tirants et autres clous de confortement resteront en place, sans être impactés. Les déblais se feront de manière classique dans les alluvions (partie meuble des 10 premiers mètres) et les écoulements de la nappe seront, comme tous les travaux génie civil à Biarritz, collectés vers le base de la falaise par le biais d’ouvrages de drainage existants ou à construire. Ainsi, dans la mesure où les ouvrages de confortement ne sont pas touchés et les charges en tête de falaise diminués avec un drainage encore plus performant, la falaise sera, à l’issue des travaux, déchargée d’une partie de son poids, mieux drainée, et le confortement des marnes préservé.

    5. Certains comparent le projet de Beaurivage au parking souterrain construit sous la Place Bellevue. La falaise aux hortensias est composée de roches de type grès ou calcaires gréseux, plus ou moins durs, alors que la falaise de la Côte des Basques serait une roche friable donc plus fragile ? La géologie est assez différente entre les 2 sites mais les contraintes étaient beaucoup plus importantes à Bellevue qu’à Beaurivage : Présence d’immeubles de grande hauteur sur tout le périmètre de la place, dans une falaise peu naturelle et non consolidée, ce qui n’est pas le cas de Beaurivage ; Présence de nombreux remblais hétérogènes à Bellevue, en lieu et place des alluvions du haut de falaise à Beaurivage ; Nécessité d’ancrage des parois moulées dans les terrassement des derniers niveaux dans le rocher pour le parking Bellevue alors que le parking de Beaurivage sera au-dessus du toit des marnes ; Terrassement de Bellevue en « taupe » contre une technique classique pour le parking Beaurivage ; Présence d’eau dans tous les cas drainée et collectée vers l’aval.

    6. Pour construire le parking, les tamaris et le square Jean-Baptiste Lassalle vont disparaître ? Le principe est justement de remplacer les voitures par un grand espace naturel avec vue sur mer, dédié à la promenade et la détente. Le square sera donc recomposé et agrandit. Sachez que les tamaris se transplantent très bien. A Biarritz, de nombreux tamaris ont déjà fait l’objet de transplantations et toujours avec succès (avec ou sans mise en jauge) comme par exemple au Musée de la Mer, le plateau de l’Atalaye, avenue de la Reine Victoria, etc. Le projet prévoit d’ailleurs un mètre de terre au-dessus du parking pour garantir les plantations de végétaux.

    7. Le site profite déjà d’une vue panoramique sur l’Océan et les Pyrénées. Comment la création d’un parking souterrain améliorera-t-il le panorama ? Aujourd’hui seuls les piétons postés en haut des lacets profitent de la vue, elle est cependant dévalorisée par un environnement urbain impropre à un tel site. De plus les garde-corps au-dessus et en dessous du parking comme le dénivellement actuel enlèvent toute visibilité sur la mer depuis l’avenue, l’une des entrée de Biarritz les plus pratiquées. L’aménagement de ce site en haut de falaise comme en bord de mer a pour objectif de réinstaller sur ce site unique des paysages et une nature qui ont disparu lors des travaux de confortement des falaises (béton). Le projet définitif, conçu avec la participation d’un architecte paysager, sera présenté aux Biarrots en 2013.

    8. Comment empêcher l’accès aux voitures à la Côte des Basques (restaurants, écoles de surf, résidences, plage) ? Comment envisagez-vous de supprimer les voitures sur le Boulevard du Prince de Galles ? Le principe est de libérer la Côte des Basques du trafic de voitures sur un boulevard qui est, en fait, une impasse. Le projet de réaménagement permettra l’accès aux riverains et commerces. Le stationnement sera interdit. Le public qui souhaitera stationner utilisera le parking souterrain et descendra sur le bord de mer à pied, en vélo, en navette ou par un système mécanique à l’étude.

    9. Le délégataire en charge de réaliser et d’exploiter les parkings est-il déjà désigné ? Certains parlent de Vinci ? Non, il sera désigné parmi les candidats dans le cadre de la DSP. L’objet de la délégation de service public porterait, dans le cadre d’un contrat global, sur la conception, la construction, le financement et l’exploitation, pendant une durée déterminée, d’un ou deux parcs de stationnement payant. Cette procédure a pour principe la mise en concurrence, afin de choisir le meilleur candidat, de vérifier la faisabilité technique et financière de chaque projet. Ainsi, Vinci Park qui n’est pas le seul spécialiste français de la construction de parkings sera en concurrence avec d’autres candidats. De plus, la DSP prévoit la réalisation d’un ou de deux parkings. Cette réserve permet à la Ville de Biarritz d’étudier les propositions avant de décider si les deux ouvrages seront réalisés.

    10. La construction de ces parkings va-t-elle coûter cher aux Biarrots ? La création du parking va-t-elle entraîner un stationnement de surface payant sur l’ensemble du quartier ? Le concessionnaire désigné va financer et réaliser les travaux. Ce sont les usagers des parkings qui en assureront la rentabilité. La DSP permettra de connaître précisément les conditions économiques d’une telle réalisation, sa faisabilité avant tout engagement. La Ville de Biarritz sera particulièrement vigilante lors de la proposition des candidats afin de ne pas impliquer un soutien financier, sous forme de subvention annuelle d’exploitation, Si tel n’est pas le cas, la consultation serait déclarée infructueuse et relancée sous une autre forme. Le Maire s’est également engagé lors du Conseil Municipal à ce que l’exploitation du parking n’entraîne aucune mesure concernant le stationnement de surface du quartier Beaurivage.

    11. La ville de Biarritz a-t-elle concerté les Biarrots sur ce projet de parking et de réaménagement de la Côte des Basques ? Ce dossier n’est pas nouveau ! Le projet de réhabilitation de la Côte des Basques a été exposé en détail dans le projet de ville présenté aux Biarrots lors des élections municipales de 2007 (page 24). Ce projet a été présenté à plusieurs reprises par la presse locale comme par le magazine municipal. De plus une concertation est en cours, avec la création en 2006 d’un comité de pilotage présidé par Jakes Abeberry et la collaboration vigilante de l’association des Amis de la Côte des Basques.

  2. Avatar
    Philippe Etcheverry

    RÉPONSES A LA VILLE

     1.    Pourquoi construire un parking souterrain avenue Beaurivage, alors, qu’en dehors de l’été, le parking à ciel ouvert actuel semble vide ?
     R: Excellente question qui ne trouve pas ici de réponse !
     Comment détourner 1500 véhicules/heure avec un parking de 350 places ? Pourquoi les panneaux lumineux indiquant l’occupation des parkings sont ils installés autour du centre-ville et non pas en périphérie? Comment remplir, en dehors des 2 mois d’été, un parking payant qui est loin d’être complet bien que gratuit 9 mois de l’année ?
    2. Pourquoi ne pas diriger les véhicules sur des parkings de périphérie  existants, en particulier au sud, pour désengorger cette entrée de ville (Cité de l’océan, Ilbarritz, la Milady, etc.) ? 
    R:  Les parkings de la Gare du Midi et de la Médiathèque n’affichent jamais Complet, même en été (en dehors du 15 Août). Beaurivage est trop loin du Centre pour s’y rendre à pied ce qui justifie l’usage de navettes. Pourquoi donc ne pas allonger leur circuit jusqu’à l’entrée Sud de Biarritz où il y toujours des places libres. Pourquoi avoir supprimer la navette qui reliait le Musée de la Mer à la Cité de l’Océan ?
     3.    La falaise est d’une composition géologique instables. Construire un parking souterrain a cet endroit ne risque-t-il pas de provoquer des éboulements et glissements de terrains ?
    R: La partie alluvionnaire de la falaise se situe au niveau de la nappe phréatique vers laquelle convergent les eaux de St Martin et du Lac Marion. De plus, le fait d’alléger la tête de falaise est loin d’être une garantie de stabilité. Bien au contraire: en y retirant quelques milliers de tonnes, les tirants et le cloutage de la paroi cimentée risquent de perdre les conditions de leur ancrage dans la marne située en dessous.
    4. Certains comparent le projet de Beaurivage au parking souterrain construit sous la Place Bellevue. La falaise aux hortensias est composée de roches de type grès ou calcaires gréseux, plus ou moins durs, alors que la falaise de la Côte des Basques serait une roche friable donc plus fragile ?   
    R: Ne confondons les contraintes de la Place Bellevue et les risques de la falaise de Beaurivage. Le PLU y interdit toute construction “en raison des mouvements de sol”. C’est pour cela qu’en préambule à la DSP voté le 14/09, M.Borotra a fait voter la modification du règlement, rayant ainsi le danger d’un trait de plume .
    5. Pour construire le parking, les tamaris et le square Jean-Baptiste Lassalle vont disparaître ? 
      R: Non, les tamaris centenaires, il y en a près d’une centaine, ne se transplantent pas en première ligne des tempêtes océaniques !
    6. Le site profite déjà d’une vue panoramique sur l’Océan et les Pyrénées. Comment la création d’un parking souterrain améliorera-t-il le panorama ?
      R: Les habitués des lieux vont bien rire en apprenant que les gardes-corps empêchent d’apercevoir l’océan ! Certes ils ne sont pas très beau mais c’est la réglementation sécuritaire qui les exige ainsi 
     8.   Le délégataire en charge de réaliser et d’exploiter les parkings est-il déjà désigné ? Certains parlent de Vinci ?
    R: Vinci est le bénéficiaire de la quasi totalité des appels d’offre pour des infrastructures à Biarritz: parkings, gare de la Négresse, Cité de l’Océan…A quand la mairie ?
    9.    La construction de ces parkings va-t-elle coûter cher aux Biarrots ? La création du parking va-t-elle entraîner un stationnement de surface payant sur l’ensemble du quartier ?
      R: Dans son article 3,6, le contrat de DSP prévoit “que la ville pourra être amenée à apporter un soutien financier sous forme de subvention annuelle d’exploitation, dans l’hypothèse où le modèle économique présenté par le candidat retenu démontre que la réalisation des investissements ne peut être financée sans une augmentation excessive des tarifs”. Le maire s’est engagé à ce qu’il n’y ait pas de stationnement payant dans les rues avoisinantes; mais il ne s’est pas engagé à maintenir le nombre de places de stationnement après élargissement des trottoirs
    10.  La ville de Biarritz a-t-elle concerté les Biarrots sur ce projet de parking et de réaménagement de la Côte des Basques ?
    R: “Ce projet figurait dans mon programme municipal que vous avez accepté en m’élisant au fauteuil de maire de Biarritz” Propos de Bernard Marie, quand en 1990, D.Borotra s’est opposé à la construction d’un hôtel de luxe face à la colline du Bellevue ! Encore une histoire de falaise !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.