En 1955, la société anglaise, l’Associated-Rediffusion, propose à Orson Welles de réaliser une série de documentaires, sorte de carnets de voyage.
Le réalisateur accepte et fait appel au chef opérateur Alain Pol. Avec son concours, il révolutionne la pratique du documentaire.
A cette époque les reportages étaient tournés sans le son, celui-ci étant ajouté par la suite, l’utilisation de deux caméras permet à Orson Welles de filmer en son synchrone. De plus, il introduit la présence de l’interviewer à l’écran en ayant recours à l’amorce – au cours de l’interview on aperçoit à un moment son dos. Quant aux plans raccords de son visage, ils sont filmés ailleurs, sur un fond flou, afin de les incorporer librement… Notons enfin qu’Orson Welles n’assiste pas toujours au tournage et préfère se consacrer au montage.

D’après les spécialistes d’Orson Welles cette série télévisée aurait dû comporter vingt-six épisodes d’une demi-heure… au final seul six seront diffusés sur ITV, le septième, qui fut réalisés, resta inachevé et jamais diffusé.
Dans celui-ci, le cinéaste Orson Welles, mi-journaliste, mi-ethnologue flâneur, pose un regard insolite, plein de curiosité sur les habitants du Pays basque, sur leurs coutumes, leurs fêtes et leur langue.

3 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.