BLACK & BASQUE : ce n’est pas la pluie qui aura eu raison de nous.

Bayonne, le 14 Avril 2015. Les organisateurs de Black & Basque sont contraints de renoncer à la programmation de l’édition 2015, qui devait se tenir du 11 au 13 septembre prochain à Bayonne.
C’est avec tristesse, regret et déception que l’association JFB Lagunak doit se résoudre à l’impossibilité de maintenir un événement qui ne trouve pas les soutiens institutionnels nécessaires à l’achèvement de sa stabilisation dans la vie culturelle du Pays basque.
Ce choix de raison l’emporte sur la passion de l’équipe organisatrice, investie depuis 4 ans dans le croisement des cultures, l’exigence d’une ligne éditoriale originale et la qualité d’une programmation pluridisciplinaire, tournée vers les publics.
Malgré un bilan moral excellent pour 2014 et une stabilisation depuis la dernière édition, malgré l’unanimité des publics, des artistes et des partenaires institutionnels autour de l’innovation et de la centralité de l’événement bayonnais, malgré les engagements moraux de nos interlocuteurs dont les décisions ne correspondent pas à la réalité concrète d’un événement de l’envergure et de la qualité du Black & Basque, les risques financiers restent trop lourds pour l’association JFB Lagunak, les besoins en renfort de structure étant nécessaires par ailleurs.
Depuis décembre 2014, pour cet événement placé sous le haut patronage du Ministère de la Culture, de nombreux échanges ont eu lieu avec la municipalité et la Région pour formater les besoins de l’organisation du festival et les adapter aux réalités économiques. En proposant de fonctionner en biennale et en adossant son action à une réelle politique culturelle sur le territoire, les organisateurs ont cherché une voix d’issue volontaire conforme au contexte budgétaire mais qui n’aura malheureusement pas suffi à emporter un engagement significatif de la part des partenaires institutionnels.
En 2011, la première édition faisait le pari audacieux d’un rendez-vous de rentrée, d’une politique tarifaire incitative et d’une programmation de grande qualité. Quatre éditions successives (incluant l’absorption de la difficile année 2013) ont placé le festival dans une situation encourageante de crise de croissance comme en attestent le succès de la dernière session, les retombées économiques quantifiées, le réseau artistique et associatif qui s’est construit et la promesse de développement de nouveaux partenariats.
Aujourd’hui, malgré l’affichage d’un soutien unanime et une reconnaissance du public, l’association n’est plus en capacité d’assurer un financement à hauteur de 88% (fonds personnels, partenariats et mobilisation de 200 bénévoles), pour seulement 12% de fonds publics encore incertains, émanant seulement de la municipalité (19k€) et de la Région Aquitaine (10ke).
Les contraintes budgétaires nationales ne peuvent et ne doivent à elles seules justifier d’une énième annulation d’un festival à l’échelle territoriale. L’ensemble des acteurs culturels et économiques doit interroger les pouvoirs publics quant aux orientations de politiques culturelles choisies à l’échelle locale pour le moins incompréhensibles.
Une approche de bonne intelligence, équitable et ambitieuse, fonction de réels objectifs et de besoins identifiés doit en sortir avant que l’existant ne soit totalement détruit. Si la culture est un renfort au lien social essentiel, elle est aussi génératrice d’une économie locale avec un potentiel qui doit être considéré.
Nous appelons donc à la tenue prochaine d’assises de la culture au Pays basque.
En attendant, c’est hélas dans le silence de la Poterne que l’association JFB Lagunak, tous ceux qui l’entourent et tous ceux qui souhaitent les rejoindre, mèneront la réflexion de ce qui se construira au réveil de ce triste cauchemar.
A tous, Milesker ! Des pensées particulières pour Angélique Kidjo, qui n’a jamais ménagé ses efforts partout où sa générosité et son énergie ont pu défendre ce beau projet et pour l’ensemble des bénévoles et associations sans qui nous n’aurions pas pu rêver non plus de croiser les cultures.

L’association JFB Lagunak, L’association des amis de Jean-François Bizot.
Association JFB Lagunak
60 rue Harispe 64210 GUETHARY

8 Réponses

  1. Avatar
    Jon

    Perso ça ne me dérange pas trop, et la plupart de mes voisins sont plutôt soulagés qu’autre chose. Les remparts faisaient écho du festival jusque dans le quartier des Arènes, et à la rentrée on aspire à un peu de calme en soirée, en particulier les enfants.

    • Avatar
      Julie

      Jon, on parle de culture. Il y a encore des gens à Bayonne et dans les alentours qui ont besoin et envie de découvrir les choses et pas de rester cloitrés à la maison devant la télé.
      C’est vraiment triste.

  2. Avatar
    DEGERT Nicole

    Il est fort dommage et surtout préoccupant pour l’avenir de nos enfants que les Pouvoirs publics , tous confondus préfèrent investir dans des projets à but lucratif qu’ils soient immobiliers ou autre……………..plutôt que d’aller à l’essentiel des valeurs qui font que nos régions conservent la richesse de leur identité culturelle et le partage de ces mêmes identités avec d’autres peuples , musiques ………….
    Nous allons tout droit dans le mur du fond ………

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.