La chanson du Déconfinement, écrite par 170 inconnus sur Facebook. Projet initié et réalisé par David Cairol.

Ça y est !!! La chanson « On s’en lavait les mains » des confinés qui se lancent dans la chanson est terminée ! C’est l’aboutissement d’un travail formidable réunissant (virtuellement) plus de 170 personnes de France et du monde entier, initié par l’artiste David Cairol. Les participants, amateurs de musique, novices pour la plupart, d’origine et d’âges différents ont travaillé ensemble sur l’écriture et la composition d’un morceau relatant leur vécu pendant le confinement. Ils ont dû réfléchir à la thématique de la chanson, à son organisation en proposant des vers, des strophes, des thèmes musicaux… Un travail libérateur pour des confinés qui se sont mis à réfléchir au monde qui nous entoure et que nous avons construit. Ce fut également une collaboration remarquable, emplie de bienveillance et de créativité, permettant à chacun de s’exprimer à sa manière. Un véritable projet humain et culturel qui s’est prolongé jusqu’à l’enregistrement par chacun des protagonistes de sa partie de chant, de refrain et de danse… De magnifiques moments de créativité pour certains, de grands moments de solitude pour d’autres… Chacun s’est prêté au jeu à sa façon pour aboutir à un résultat fabuleux à partager sans modération !


CÔTÉ MUSIQUE
Aux côtés de tous ces participants, on retrouve, Melissa Martinez et Maialen Errotabehere aux chœurs et arrangements des voix, Mehdi Bareit à la guitare, Nicolas Darrenougue au ukulele, Fabien Durou a la trompette, Jérôme Capdepont au trombone, Céline Soler et Sabrina Ravetti au saxophone, Xabi Fischer au piano rhodes, Ben Alcuet aux percussions et Bredda Marcus à l’orgue et au piano. Peter Wezenbeek (batteur hollandais, producteur du projet Bob Marley tracks aux côtés des Wailers, dont David Cairol est le chanteur) et Christos DC (chanteur et multi instrumentiste américain) * se sont, eux aussi prêtés au jeu, en enregistrant la partie basse-batterie, l’un depuis la Hollande, l’autre depuis les Etats-Unis. * deux pointures de la musique internationale

CÔTÉ TECHNIQUE
C’est tout d’abord David Cairol qui s’est chargé d’éditer et monter tous les enregistrements reçus. Il a ensuite envoyé son travail en Hollande à Peter Wezenbeek qui s’est occupé du mixage. Par la suite, Peter Brusse, l’un des meilleurs ingénieurs hollandais, s’est proposé, tout aussi bénévolement, de masteriser le titre. Pour ce qui est du montage vidéo c’est à Biarritz que Nicolas Hillau a traité les 50 Go de vidéos envoyés par les participants, un travail titanesque qui a permis d’aboutir à la réalisation du clip illustrant la chanson.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.