Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pierre-Valentin Laborde, champion de France et maître des tubes à la Gravière.

Pierre-Valentin Laborde est devenu champion de France de surf Open ce lundi à Hossegor. Dans des vagues magnifiques de 2m50, le local de la Gravière a survolé la compétition en scorant trois 10/10, dont un en finale. Chez les dames, la surprise est venue de Biarritz avec la victoire de la junior Uhaïna Joly.

On s’attendait à une journée exceptionnelle avec les finales du Surf Open, on a eu droit à un spot de la Gravière magique en toute fin d’après-midi. Une gauche offrant des tubes énormes à quelques mètres des spectateurs a permis à certains des meilleurs surfeurs français de s’exprimer pleinement. Au jeu de dénicher les « bombes », c’est donc le local Pierre-Valentin Laborde qui s’est avéré le plus fin.
Et un nouveau 10 en finale !
Après son récital en quarts et en demi-finales, « PV » a tué tout suspense en finale en scorant un 10/10 à la moitié des 25 minutes, qui est venu récompenser un tube hyper long. A quelques minutes du final, il a enfilé la médaille d’or en réussissant un nouveau tube (8,67 pts). Ce titre vient récompenser le talent, l’engagement et l’humilité d’un des meilleurs « free surfeurs » français. Lequel a fait le bonheur des équipes de France juniors avant de prendre un virage professionnel éloigné de l’océan, quand ses copains Joan Duru ou Marc Lacomare ont continué les compétitions.
Wild card des « France »
Après avoir coaché avec succès Lacomare sur le Quik Pro France voici dix jours, et participé à la 5e place de la wild card française de l’étape du CT, « PV » a reçu une invitation de la DTN pour participer aux France. Ecrivant une autre belle page de l’histoire du surf tricolore.
Ouvré deuxième, Duvignac troisième
Impressionnant en demi-finales avec notamment un énorme air reverse et quelques tubes bien profonds lui aussi, Dimitri Ouvré n’a pas eu la même veine en finale. Malgré un 9,57 pts pour un… tube bien long, le surfeur de St Barthélémy termine deuxième derrière l’intouchable Laborde. Champion de France en titre, Vincent Duvignac monte sur le podium de cette édition 2017. Tout juste de retour à la compétition après une blessure au pied qui l’a éloigné des vagues durant deux longs mois, « Duvi » a lui aussi étalé sa science du placement et du tube tout au long de la journée. Moins en réussite en finale, il n’obtient « que » 16,37 pts de total.
Fontaine auteur d’une interférence en finale
Champions du monde des nations en mai dernier à Biarritz, Ouvré et Duvignac sont venus confirmer leur grande valeur et leur esprit de compétiteurs sur ces championnats.
Auteur d’une interférence sur PV Laborde, Ian Fontaine ferme le classement de cette finale et prend la quatrième place qui récompense un parcours intelligent. Le Breton, vainqueur du circuit de la Coupe de France pour la 2e année consécutive, démontre qu’il est une des valeurs sûres de notre sport.
Toyon et Huscenot sortis avant la finale
D’autres tuberiders de grand talent se sont arrêtés avant la finale. Ainsi Adrien Toyon a t-il bloqué en demis (5e), Maxime Huscenot en quarts (7e), tout comme Tim Bisso (7e) auteur de la vague la plus folle du jour avec plus de 100 mètres dans un tube béant, avant de se faire écraser par la vague au moment de s’en extirper.
La (mauvaise) surprise Couzinet
La grosse surprise du jour est venue de l’élimination dès son entrée en lice au 2e tour ce matin, de Jorgann Couzinet. Tête de série N.1 et actuel 11e du classement QS, le Réunionnais a réalisé une contre performance qui n’ôte en rien la saison exceptionnelle qu’il réalise actuellement sur le circuit professionnel. On lui souhaite d’ailleurs le meilleur à Hawaii, vers où il s’envole la nuit prochaine pour y disputer les trois dernières compétitions du circuit QS afin d’obtenir sa qualification pour le CT.
Les jeunes au pouvoir
Chez les dames, sur le spot plus clément du Point d’Or, à 300 mètres au sud de la Gravière, on attendait le duel Cannelle Bulard/Alizé Arnaud pour le titre national. La surprise est donc venue de la Basque Uhaïna Joly, membre de l’équipe de France junior, qui s’est imposé dans les derniers instants d’une finale longtemps indécise. D’abord mené par Bulard, la course en tête est ensuite passée dans les pieds de la Canaulaise Juliette Brice, elle aussi junior.
Uhaïna 19 ans après Emmanuelle
Mais c’est finalement Joly qui est parvenue à forcer son destin sur une longue et belle droite lacérée de trois turns de dos (8,67 pts). Venue pour ravir le titre junior (plus tard dans la semaine), Joly succède au palmarès à Cannelle Bulard, Justine Dupont, Johanne Defay, Pauline Ado, etc… et une certaine Emmanuelle Joly, sa maman quadruple championne de France dont la dernière fois en 1998 à Hossegor.
Blanco, la preuve par 5
Dans les autres catégories, l’Angloye Matias Libier est sacré champion de France devant Nathan Lehoux et l’un des grands favoris Jonathan Despergers (3e).
Chez les dames, victoire de la Biarrote Léa Solari. Enfin le Basque Jérôme Blanco s’offre un 5e titre national consécutif, le 6e de sa carrière, en dominant son dauphin de longue date Norbert Sénescent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.