Proposant une singulière conversation entre regard artistique et pelote basque, Jeu de balle de Frédéric Lefever offre une cartographie sensible du Pays basque à travers la présentation de photographies d’un symbole emblématique du territoire : le fronton basque, au DIDAM, du 7 au 30 octobre.

« Pratiquement toutes les communes du Pays Basque possèdent un équipement sportif destiné à la pratique de la pelote. Ce sont les frontons : ils occupent bien souvent une place centrale dans les localités et dans la vie sociale et communautaire.
Il s’agit d’un mur dont la présence colorée commande l’esplanade et dont la pratique très ancienne a une indéniable incidence populaire. La position de ces édifices est inscrite dans l’espace public par une théâtralité savamment dosée. Ces objets sont de l’architecture, une architecture de l’ordre des services techniques municipaux, ou de la bonne volonté des associations ; une infra-architecture qui, par son histoire, interroge le patrimoine local vernaculaire.
C’est aussi une architecture autoritaire, institutionnelle et quasi mythologique qui se présente toujours avec emphase, dressée, dans l’attente d’un beau geste. Elle est à la fois hiératique et fonctionnelle, ostentatoire et dérisoire.
Ces frontons sont aussi des formes, des lignes et des couleurs, qui dénotent l’ordre du sport, avec ses règles, sa justice, son économie, ses manières de voir. Mais les formes sont variées ; de la plus carrée à la plus panoramique. Mais toujours surmontées ou entourées d’un grillage qui en épouse la forme, comme dans certaines constructions de Jean Nouvel où la technique est utilisée pour rehausser visuellement l’édifice.
Les variations de couleurs sont elles aussi surprenantes, ont trouve pratiquement toute la gamme des rouges, du rose pâle jusqu’au brique, mais encore du blanc jusqu’au beige, des verts clairs aux plus foncés, les jaunes dans des nuances allant du pâle à l’ocre et à l’orange. Et aussi les bicolores dans toute leur variété de couleurs et de matières. Les matières, les enduits craquelés, l’usure, les traces de choc avec la balle, font également partie d’un ensemble esthétique et plastique.
L’espace qui se dégage devant l’objet comme pour le rendre encore plus visible est aussi une distance du regard. Formes, couleurs, matières, espaces, ces mots définissent l’Architecture. Ils définissent également les Arts plastiques : ces objets sont des sculptures, des peintures monochromes, abstraites, des photographies. »
Frontons, Frédéric Lefever – éditions Confluences / Frac Aquitaine

JEUDIS 13 et 20 OCTOBRE
Pauses Patrimoine de 12h30 à 13h15
Après une visite du Rail Bayonnais, venez découvrir l’exposition de Frédéric Lefever présentée au DIDAM.
rdv : Rail Bayonnais, Rue Tombeloli
durée : 45 minutes / Gratuit.
SAMEDI 15 OCTOBRE
A la rencontre de Frédéric Lefever
– à 11h : Apéro-littéraire à la Médiathèque centre-ville
Signature de l’ouvrage « Frontons » en présence de Frédéric Lefever et d’Eric Audinet, responsable des éditions Confluences (Bordeaux). Gratuit.
– à 15h : Visite commentée de l’exposition au DIDAM,
Regards croisés entre Frédéric Lefever et Cécile Archambeaud, directrice du Centre d’art image/imatge d’Orthez. Entrée libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.