Booking.com

Txirrind’Ola, l’atelier vélo participatif, attend des réponses concrètes de la part des candidats aux municipales au sujet du vélo !

L’association Txirrind’Ola, l’atelier vélo participatif, a présenté aux listes candidates aux municipales un plaidoyer en faveur du vélo. Au-delà des bonnes intentions générales affichées par l’ensemble des listes, il s’agit d’obtenir de leur part des propositions précises et concrètes afin de promouvoir l’utilisation de la bicyclette au quotidien.  

5 axes pour un système vélo efficace

L’association a planché sur cinq axes pour développer un « système vélo » efficace, à savoir non seulement un réseau d’infrastructures sûr mais aussi une véritable vision qui permettra de résoudre les difficultés de mobilité au quotidien rencontrées dans l’agglomération du Pays Basque. Pour chaque axe, Txirrind’Ola demande aux candidats ce qu’ils entendent mettre en place et comment. Par exemple, concernant le second axe, un réseau cyclable continu et sécurisé, la question est posée de manière directe : Selon quel calendrier et de quelle manière envisagez-vous mettre en place un réseau cyclable express (lisible, cohérent, continu et prioritaire) ? Ou encore : quel budget sera strictement alloué à l’entretien du réseau cyclable ?

Pourquoi un tel plaidoyer ?

Inspiré par l’outil « parlons vélo » de la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette), ce plaidoyer entend interpeller les candidats – mais aussi encourager les citoyens à le faire. En effet, la question du vélo prend de plus en plus de place dans le débat politique, et pour cause : si l’on veut s’attaquer de front aux problèmes de pollution de l’air et d’embouteillages, si l’on veut re-créer du lien social en ville et encourager la fréquentation des commerces de proximité, le vélo, mobilité douce par excellence, est une solution. Or cette solution nécessite de repenser la hiérarchie des modes de déplacements, de réajuster le partage de l’espace de public, et de dédier des moyens aux infrastructures cyclables (pistes, stationnement…) et à la sensibilisation des agents publics.

“Toutes les listes affichent des belles intentions, mais nous attendons d’elles qu’ils aient véritablement planché sur le sujet et leurs réponses nous diront s’ils ont une véritable vision ou si ce ne sont que des paroles qui tomberont aux oubliettes après les élections” rétorque Johan Romero du groupe de travail « Transports et Infrastructures » de Txirrind’Ola.

Bayonne, Anglet, Biarritz, Boucau, Bidart : des progrès à faire

Pour rappel, Selon les résultats de l’enquête de cyclabilité des villes menée par la Fédération des Usagers de la Bicyclette en 2019, Bayonne, Anglet et Biarritz ont respectivement obtenu une évaluation F, F et G (évaluations notées de A+ à G) et sont des villes où le sentiment d’insécurité à vélo est fort. Les autres villes du Pays Basque n’ont pas été notées mais ne bénéficie pas de meilleures infrastructures.

Ces résultats expliquent en partie une part modale très faible du vélo au Pays Basque Nord (1 à 2 % selon la saison en 2017). Au vu de la situation climatique qui n’est plus à prouver, des actions concrètes sont nécessaires pour préserver la qualité de vie et la santé des habitants du Pays Basque, où les transports représentent le premier poste d’émission de gaz à effet de serre.

Une vision constructive

L’association Atelier Vélo Txirrind’Ola souhaite devenir un acteur incontournable pour travailler avec les collectivités sur le sujet de l’utilisation du vélo en ville et de l’installation de nouveaux aménagements cyclables en s’appuyant sur l’expérience et les compétences techniques de ses membres.

L’outil de la FUB, à faire remplir par les candidats et citoyens de Bayonne, Anglet et Biarritz : https://municipales2020.parlons-velo.fr/liste

À propos de L’Atelier Vélo Txirrind’Ola : Cela fera bientôt 10 ans que l’atelier vélo de Bayonne est né. Une association créée pour inciter les habitants de l’agglomération à réparer eux-mêmes leur vélo pour en profiter toute l’année. Pas besoin d’en connaître un rayon puisque les salariés sont là pour vous aider en semaine et les bénévoles le week-end. Et ce n’est pas le seul objectif de l’atelier qui se veut aussi créateur de lien social : entre les adhérents lors des fameux apéro-démontage de fin de mois, les personnes remises en selle par la vélo-école, les visiteurs d’un stand lors d’une journée des mobilités, voire des salariés dont l’entreprise construit son plan de déplacement en collaboration avec l’atelier.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.