lundi 20 septembre 2021 | 55 Connectés | La citation du jour : "Si j'étais la Terre je renverrais les humains chez eux. Ça se voit qu'ils ne veulent pas s'intégrer." @Melodiane

Depuis quelques temps, nous sommes confrontés à l’apparition et la prolifération d’espèces marines nouvelles. C’est le cas d’ Ostreopsis Ovata, une micro-algue qui peut être toxique pour l’Homme et l’environnement.
L’augmentation de la température de l’eau due au changement climatique favorise naturellement son développement.

La présence de ce minuscule végétal était soupçonné sur les plages de Biarritz, Saint-Jean-de-Luz et Bidart. Cet été, les municipalités concernées ont préféré fermer temporairement leur littoral aux plagistes par «principe de précaution», car l’organisme est toxique.

les plages ont été finalement été rouvertes, les analyses menées par l’Agence régionale de santé (ARS) indiquant qu’il s’agirait finalement d’ostreopsis siamensis, une espèce cousine mais moins toxique que l’ostreopsis ovata. 

Qui est-elle ?

Les mers et océans sont majoritairement composés d’êtres vivants microscopiques, invisibles à l’œil nu. Parmi eux, l’algue Ostreopsis Ovata, originaire des tropiques, est constituée d’une seule et unique cellule et ressemble à un minuscule grain de pastèque.

Lorsque certaines conditions sont réunies. elle se multiplie massivement et forme des amas marrons et gluants visibles à La surface de l’eau. C’est ce que l’on appelle une efflorescence ou un « bloom ».

Quels sont les impacts sur l’environnement ?

Ostreopsis ovala « enveloppe » les roches, la faune et la flore d’une pellicule marron d’aspect membraneux, comme un nuage sur les fonds marins.
La prolifération de cette microalgue peut donc endommager le milieu marin dans son intégralité et provoquer :

  • Une mortalité des animaux qui La mangeront et seront atteints par les toxines
  • L’accumulation des toxines dans la chaîne alimentaire. Phénomène observé dans les tropiques, où l’algue est très présente.
  • Une mortalité des habitants des fonds marins par étouffement

Quels sont les impacts sur la santé ?

Lors d’une promenade en paddle ou en kayak, pendant une baignade ou même en se baladant sur le littoral notamment par vent fort, on peut être en contact avec la toxine produite par Ostreopsis.

Symptômes possibles :

  • Démangeaisons ou rougeurs de la peau
  • Un état grippal : fièvre, maux de tête, maux de gorge
  • Des difficultés respiratoires
  • Autres symptômes: conjonctivites, vomissements

Pas de panique !
De manière générale les symptômes disparaissent après quelques jours,
N’hésitez pas à consulter votre médecin.|

Comment la reconnaitre ?

Les calanques calmes et criques rocheuses sont des milieux favorables au développement d‘Ostreopsis Ovata. Ses efflorescences se produisent pendant l’été lorsque les eaux sont plus chaudes.

Indices de la présence d’Ostreopsis ovata

A la surface :

pendant les blooms, des « fleurs d’eau » peuvent être observées : des amas marrons et gélatineux.

Sous l’eau :

si les fonds sont recouverts d’une pellicule brune et qu’il y a beaucoup de matières en suspension présentant en contre-jour des points rougeâtres, cela peut indiquer sa présence.

Enfin, quand elle est présente en grande quantité, l’eau peut avoir un goût métallique et amer.

Depuis 2010 Surfrider Foundation Europe a mis en place un réseau de suivi de l’apparition d’Ostreopsis Ovata sur des zones d’activités nautiques en complément de la surveillance officielle réalisée par les Agences Régionales de Santé. L’objectif est d’améliorer la connaissance environnementale de l’algue et de rassembler les différents acteurs autour de cette problématique. Dans un second temps, Surfrider souhaite informer les pratiquants d’activités nautiques, les usagers de la mer et Le grand public sur cette problématique. Retrouvez plus de détails sur le site internet de l’association.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.