A Biarritz, en ce pré-printemps 2014, ça sent bon les fins de cycle.  Du maire à l’équipe de rugby (dont j’ai oublié le nom) jusqu’à cette figure aussi chaleureuse qu’ emblématique de la ville.. 

Hier, les 100 Marches ont été démontés.

“La cabane des Cent Marches, parmi les tamaris, surplombant la Côte des Basques, offrait un lieu de rencontre tout au long de la journée du café à l’apéro devant une vue magnifique surplombant la Côte des Basques. On pouvait y cohabiter avec les joueurs de pétanque, profiter du coucher de soleil, y admirer les tamaris…
Cet espace n’avait pas d’équivalent. Alors que la ville de Biarritz pousse à détruire ce lieu, la ville d’Anglet, elle, en a vu le potentiel avec Kostaldea. Deux stratégies de ville qui différent ici. Voir détruire la cabane, c’est faire ses adieux à un véritable lieu de vie à Biarritz. “

C’est vrai qu’un parking souterrain géré par Vinci (encore et toujours Vinci) c’est nettement plus chaleureux. 

Bon, les biarrots, vous allez votez dans un mois, n’oubliez pas ceux qui étaient à la droite (et à la gauche) du responsable du massacre..

Crédit   Fred de Bailliencourt / Biarritz Vague d’Avenir

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.