Airosa : écume de mer – Severine Dabadie


Il n’y a pas si longtemps encore, le port de Saint-Jean-de-Luz / Ciboure était empli de bateaux de pêche, tous plus majestueux les uns que les autres. Leurs lignes élancées trônaient fièrement le long des quais ; leurs silhouettes familières nous semblaient éternelles. Aujourd’hui, tout a bien changé. Le port s’est progressivement vidé, des primes ont été distribuées, envoyant ces somptueux bateaux à la casse.

En 2013, Airosa a fêté ses 60 printemps. Soixante années de labeur sur les flots. Ce bateau à la fière allure est le seul et unique rescapé de ces belles années passées, celles qui voyaient partir vers Dakar ces audacieux clippers basques. C’est pourquoi Airosa est classé depuis 2002 au titre des monuments historiques (fait rare pour une embarcation). Mais loin d’être un objet de musée, il est le dernier témoin vivant de cette longue tradition.
Séverine Dabadie a embarqué sur Airosa pour photographier la pêche à la bolinche et le travail à la canne et à l’appât vivant, à la poursuite du thon rouge. Avec Christiane Etchezaharreta, elles ont tenu à rendre hommage à ces marins qui pratiquent une pêche responsable et raisonnée et à ce magnifique bateau, Airosa, avant que les temps modernes n’aient entièrement submergé de son écume notre passé encore vibrant.Thon rouge Airosa Ecume de mer peche traditionnelle pays basque ouvrage Séverine Dabadie Christiane Etchezaharreta

Il s’agit d’un témoignage photographique rare, dernier vestige d’une époque révolue.

– De très nombreuses photographies en couleurs, légendées, proposées en pleine page.

Il s’agit d’un livre de photographies écrit en collaboration avec Christiane Etchezaharreta dont le thème est la pêche à bord de l’Airosa, dernier thonier traditionnel et plus ancien bateau du port de Saint-Jean-de-Luz (60 ans), classé au titre des monuments historiques.

Depuis sa sortie lors des Journées du Patrimoine, nous avons pu mesurer à quel point la population étaient attachée à son patrimoine maritime, à ses traditions et à son Histoire.

Photographe professionnelle, Séverine Dabadie a déjà publié 4 livres de photographies et son travail a été présenté lors de nombreuses expositions au Pays basque (nord et sud) mais aussi à Toulouse, à Paris, en Espagne, à Londres et également en Inde.

Ce livre est axé autour d’un travail photographique réalisé à bord de l’Airosa sur les traces du thon rouge pêché à la canne et à l’appât vivant mais aussi en pêche de nuit au filet (bolinche). A ce jour, il a suscité l’intérêt d’un public varié et très large.

Il a été préfacé par Mikel Epalza, aumônier des pêcheurs et lui-même ancien pêcheur.

Des entretiens viennent appuyer les images :

  • Didier Martinez, patron de l’Airosa et descendant d’une lignée de pêcheurs basés à St Jean-de-Luz/ Ciboure. Témoignage sensible d’un homme libre.
  • Serge Larzabal, ancien pêcheur, descendant d’une lignée de pêcheurs basés à St Jean-de-Luz/ Ciboure et Président du Comité Local des Pêches Maritimes de Bayonne. Il est le représentant des pêcheurs basques et négociateur des quotas de pêche auprès des institutions nationales et internationales. Bilan et perspective de la pêche.
  • Charles Montet, ancien patron-pêcheur à la retraite et Président de la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer).

Il s’agit du témoignage émouvant d’un époque désormais révolue et dont le seul vestige « vivant » est représenté par ce bateau et son équipage encore très actifs. Ils pratiquent une pêche éco-responsable et raisonnée qu’il est important de mettre en valeur.

Photographies : Séverine Dabadie 
(www.severinedabadie.com)

Interviews et conception : Christiane Etchezaharreta et Séverine Dabadie – Edition : Elkar – Bilingue : euskara/français – Traduction en euskara : Kattalin Totorika

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.